fbpx

Meteor : tout ce que vous devez savoir sur le framework Javascript

Par tiz
Conseils
06/02/2015

Meteor est un framework open-source permettant de créer des applications webs et mobiles. C’est une plateforme transversale qui fait tomber les barrières client – serveur. En effet Meteor prend en charge toute la pile dans un seul langage, le javascript.

conception-site-internet-agence-tiz

Meteor en quelques points

Des interfaces utilisateurs modernes sur Meteor

Le rendu des pages s’effectue côté client. Cela rend la navigation fluide et améliore l’expérience utilisateur qui se rapproche d’une application de bureau.

Un code isomorphe : navigateurs et mobile

Comme le laisse entendre sa description, Meteor permet de créer des applications multiplateformes. Des web apps pour les navigateurs et des applications natives hybrides pour iOS et Android grâce à l’intégration de Cordova. Du moins, il est possible de constituer des librairies pour partager des fonctionnalités, l’interface utilisateur restant à optimiser pour chaque plateforme.

Full stack

Meteor, c’est du javascript partout, du client au serveur. Le code peut donc être partagé pour les deux environnements d’exécution. Le framework intègre aussi une base de données MongoDB (qu’il faudra déployer soi-même en production). Côté client, nous retrouvons son homologue MiniMongo. C’est ici que seront temporairement stockées les données en attente de synchronisation. Ce dispositif améliore le temps de réaction de l’application.

Mise à jour automatique des données

Les données se synchronisent avec le serveur et se mettent à jour automatiquement à l’écran. Plus besoin de rafraîchir la page !

Le web en temps réel

Les actions d’un utilisateur sont instantanément visibles dans son interface et les actions effectuées par les autres utilisateurs sont visibles le temps de traverser le web jusqu’à lui. Les applications collaboratives ne devraient plus trop vous poser de problème 😉

  1. Action de l’utilisateur modifiant le cache local
  2. Mise à jour de l’interface client
  3. Envoie de la requête vers le serveur
  4. Vérification des données et enregistrement dans la BDD
  5. Renvoie du résultat vers le cache client
  6. Mise à jour de l’interface client

Cliquez pour demander des renseignements

Déploiement à chaud

La modification du code en développement ou encore le déploiement de votre application met automatiquement à jour tous les clients connectés. Encore une fois, nul besoin de recharger la page, tout est automatisé.

Gestionnaire de paquets

L’ecosystème de Meteor comprend un gestionnaire de paquet « Atmosphere ». Vous y trouverez de nombreux modules développés par la communauté Meteor et pourquoi pas le vôtre ? Il est néanmoins possible d’intégrer des librairies provenant d’autres plateformes comme npm ou encore Cordova Plugin Registry

Ai-je dit communauté ?

La communauté Meteor comporte plus de 17 000 membres dans le monde. Vous les retrouverez sur GitHub au travers de leur paquet, au travers de Meetup, StackOverFlow, GoogleGroups et sur les différents réseaux sociaux.

L’avis d’un developpeur

« J’avais déjà fait de l’ASP.Net, un peu de JEE et de php, et même du C++ (oui pour faire des sites web !). Maintenant je fais du Meteor depuis plus d’un an et j’adore. Le plus dur était de passer du SQL au NoSQL (MongoDB) qui est par défaut. Mais on s’y fait. Meteor intègre tout un confort par le fait qu’il n’y a qu’un seul langage, sa facilité d’utilisation, sa modularité et son support. Il y a même un IDE qui le supporte : Webstorm. Pourquoi faire autre chose alors ? Je ne vois que très peu inconvénients. Une vraie application native offre plus de possibilités de contrôle de l’appareil mobile que Cordova. Le NoSQL est à la fois super et nul selon le besoin. »

Thomas

L’avis de l’autre developpeur

« Attachant beaucoup d’importance à l’expérience utilisateur, Meteor ou encore Ember.js et Angular.js m’ont permis de me réconcilier avec les technologies web. On peut désormais fabriquer des outils dont la fluidité d’utilisation se rapproche des applications de bureau ou natives sur smartphone. Meteor se distingue des autres framework par sa transversalité. C’est un réel confort que de retrouver les mêmes API côté client et serveur qui plus est dans un même langage. Comme le dit Thomas le plus dur est de penser « NoSQL ». Ce type de base de données contraint de faire des choses inconcevables en SQL. Cerise sur le gâteau, l’intégration de Cordova. En une ligne de commande, je déploie mon application sur mobile… Certes il s’agit d’une application hybride qui peut ne pas être aussi performante qu’une application native, mais des frameworks comme Famono ou Ionic limitent la casse. »

Seb

En panne d’inspiration ?

Jetez un oeil sur nos références.